→ Une rue, une histoire : la rue de la Meuse

Aller au contenu

→ Une rue, une histoire : la rue de la Meuse

Syndicat d'initiative de Seraing


UNE RUE, UNE HISTOIRE : LA RUE DE LA MEUSE



Vous y habitez depuis toujours, vous passez souvent par-là, vous y rendez visite à vos grands-parents, à des amis. Mais peut-être ignorez-vous tout du nom de cette rue ? Les origines et significations des noms de rue sont souvent méconnues.
Pour y remédier, le Syndicat d’initiative vous propose chaque semaine de revenir sur le nom d'une rue de Seraing et d'évoquer son histoire. Au lendemain des crues qui ont ravagé la région liégeoise et laissé de nombreux sinistrés, nous nous intéressons aujourd’hui à travers notre chronique « Une rue, une histoire » à l’histoire de la Meuse à Seraing. Nous en profitons pour exprimer toute notre soutien aux victimes et aux personnes sinistrées.

Une rivière capricieuse
Quand le ciel se met en colère, ce sont les fleuves qui divaguent et la Meuse ne fait pas exception. Longue de 950 kilomètres, elle traverse la France, la Belgique et les Pays-Bas pour se jeter dans la mer du Nord.
Les crues subites du fleuve provoquèrent souvent des désastres. Des documents d’archives indiquent qu’en 1409 déjà, l’hiver fut si rude que la Meuse fut fermée de Seraing à Maastricht. Au dégel, les glaçons à la dérive entrainèrent avec eux les ponts de Seraing, d’Amercoeur, de Visé et des Arches.
Plus tard, en 1880, les inondations dans le bas de Seraing prirent à nouveau des proportions désastreuses.
Cela n’était cependant rien en comparaison avec celles de 1929, qui furent lourdes de conséquences : tout le fond de Seraing fut couvert d’une hauteur de quatre mètres d’eau. Cette année-là, on déplora plus de 12000 sinistrés, parmi lesquels 8000 restèrent sans ressources. Tout le bassin industriel de Flémalle, Jemeppe, Seraing, Ougrée et Tilleur fut également paralysé. De Chokier à Visé, plus de 35.000 maisons furent plongées sous des hauteurs d’eau atteignant jusqu’à cinq mètres par endroit.

Pourquoi la Meuse sort-elle si souvent de son lit ? Quelle en est la cause ?
L’implantation des industries minières et l’installation des puits d’extraction en région liégeoise ont contribué à l’affaissement des sols. Les mineurs creusent des galeries, et ces galeries n’étant pas remblayées, les bois servant d’étançon pourrissent avec le temps : il en résulte des écroulements qui, malgré la grande profondeur où ils se produisent amènent une descente du sol.
Lorsque vient le temps où les charbonnages ferment, pour des raisons de rentabilité, le pompage de l’eau des galeries est interrompu. La remontée de la nappe aquifère est alors inévitable et les eaux s’engouffrent dans ce dédale de souterrains à l’abandon. Le vide occasionné, petit à petit, fera descendre les terrains supérieurs de cinq à dix centimètres par an jusqu’à provoquer l’affaissement des sols bordant la Meuse.    

Seraing et son ingénieux système
Pour pallier à l’invasion dévastatrice des eaux, les autorités mettent en place une solution préventive afin de protéger des milliers de foyers et d’industries. Digues, exutoires, bassins d’orages et stations de pompage sont élevées afin de constituer un réseau de démergement fiable et durable permettant la circulation et l’évacuation des eaux excédentaires. Ce réseau fut conçu par Monsieur Hector Biefnot, alors directeur des travaux à Seraing.
En 1928, sous la houlette de Monsieur Biefnot aidé par les pouvoirs publics, l’association intercommunale pour le démergement des communes de la région liégeoise (AID à l’époque) voit le jour.
Si Seraing n’a pas été impacté par les tragiques inondations de juillet 2021, c’est entre autres grâce à ce merveilleux outil et aux courageux ouvriers du démergement qui sont si souvent oubliés dans les remerciements.

La rue de la Meuse va de la rue du Gosson au Quai des Carmes. C’est en sa séance du 26 mai 1888 que le Conseil Communal de Jemeppe a donné cette dénomination à la voie publique ouverte par la société Gosson-Lagasse pour relier son siège de Jemeppe au quai où elle construisit sa propre installation portuaire.

Les histoires des noms de rue vous fascinent ? Au Syndicat d’Initiative, nous vendons l’ouvrage très complet de René Crine, En parcourant les rues de Seraing (7€). Nous mettons également en consultation le livre Les rues de Seraing : histoire, toponymie, folklore écrit par Eugène Dounan et Nicolas Pirson (1952).

Sources :
Crine R., En parcourant les rues de Seraing, p. 207
Moisse, M., Seraing, Ougrée, Jemeppe, Boncelles en cartes postales anciennes, pp. 993-99
Mémoire de fin d’études: Les stations de pompage sur <matheo.uliege.be>
AIDE : <www.aide.be>
Illustration : Bureau Greisch



Contactez-nous
Suivez-nous
Liens rapides
Newsletter
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Rue du Val-Saint-Lambert, 243
4100 Seraing
info@siseraing.be
+32 4 336 66 16
Brochures
Réservation salle
Quoi de neuf ?
La ville de Seraing
Derniers événements
Contact
Mentions légales
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
 


   
© Copyright 2020 - Syndicat d'initiative de Seraing               Website crafted by              E-mage concept à Aywaille
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Retourner au contenu